Tagged Mathilde Azzopardi

Lyn Hejinian : Ma vie

  par Mathilde Azzopardi « Chaque paragraphe conçu comme un atelier. » Ron Silliman La mémoire, écrit Hocquard, « n’est jamais linéaire. Elle procède par bonds, dans le plus grand désordre. »1 Ainsi en va-t-il dans Ma vie, autobiographie expérimentale de Lyn Hejinian, composée de 45 séquences de 45 phrases écrites à l’âge de 45 ans2 : les souvenirs – …

Lire la suite

Pierre Guyotat : Par la main dans les enfers / Humains par hasard

  par Mathilde Azzopardi Après Coma, Formation et Arrière-fond, triptyque autobiographique dicté en langue normative, Joyeux animaux de la misère, paru en 2014, renouait avec l’écriture « en langue aisée ». Par la main dans les enfers en constitue le tome II, reprenant le fil provisoirement interrompu d’une phrase déroulée sur plus de 800 pages au total, …

Lire la suite

Aurore Claverie : Sur la nuit béante

  par Mathilde Azzopardi Dans cette « lettre de Tanger », Aurore Claverie révèle l’image apocalyptique d’une cité aux splendeurs tout juste éteintes où, dans le souvenir des nuits de plaisir et de jeu, les yeux s’ouvrent sur des visions de cauchemar : fureur destructrice et incendiaire des hommes en djellabas, danses macabres des femmes dans les charniers. Un …

Lire la suite

Inger Christensen : La Chambre peinte. Un récit de Mantoue

  par Mathilde Azzopardi « Il ne faut pas multiplier les entités au-delà de ce qui est nécessaire. » Attribué à Guillaume d’Ockham (v. 1285-1347) Comme le somptueux poème Alphabet (Ypsilon, 2014), le présent texte obéit à un modèle formel précis, « échiquier invisible » sur lequel Inger Christensen dispose et déplace, selon une suite arithmétique rigoureuse, tous les …

Lire la suite