Tagged 34-3

Evelyne Grossman : Éloge de l’hypersensible

  par Siegfried Plümper-Hüttenbrink De tout temps, l’affectivité fut une chose fort décriée. Jugée malsaine, malséante, voire maladive dès qu’elle outrepasse les convenances sociétales. Emma Bovary – en sainte et martyre égarée par ses lubies – en est une victime exemplaire. Quelle mouche l’avait donc piquée, pour chuter de la sorte, plus bas que terre ? …

Lire la suite

Jean-Claude Lebensztejn : Kafka, Sade, Lautréamont – rêve déchiré

  par Jérôme Duwa Livre « détraqué », haché (mais alors à grands coups dans « la mer gelée en nous »), parce qu’il est tout entier né au beau milieu de nuits visitées par un trio d’écrivains déstabilisants : Kafka, Sade, Lautréamont. Peut-être que ces trois-là, qui n’ont pas craint de se frotter à ce que la contradiction …

Lire la suite

Christine Lavant : Je veux partager le pain avec les fous

  par Narciso Aksayam Cette adresse, de colère trempée, métal saisi, lancé en hymne au ciel, d’une blessure aux métaphores serrées, cette adresse à quel tu ? se creuse d’un Moi au verger nervalien de nombres. Un Seigneur – un Dieu ? – surnuméraire, elle l’écarte d’un revers à peine, sur d’autres chemins, détournés du Monde, entre …

Lire la suite

Ainsi parlait Novalis

  par Andrea Franzoni Recueil de fragments établi selon un choix de sensibilité graphique et de sémantique intuitive, ce livre puise sa signification (éditoriale, culturelle) dans l’idée de limite : « Nous sommes de toute façon si limités que nous ne pouvons jouir pleinement que de peu de choses. Et enfin, n’est-il pas meilleur de s’approprier complètement …

Lire la suite

Cahiers Bataille

  par Jean-Marc Baillieu Voici, souhaité tout aussi inactuel que les deux premiers (2011 et 2014), le troisième des Cahiers Bataille qui contribue à exposer et à explorer « la pensée magmatique » d’un auteur croisé chez Marguerite Duras par Edgar Morin ci-interviewé en tête de livraison par Olivier Meunier, éditeur de la revue. Suivent d’intéressantes études : …

Lire la suite

Louis Dubost : Fin de saison

  par Christophe Stolowicki À défaut d’apprivoiser hors allégorie, aux confins d’ « incertitude », ce qui ne peu[t] se regarder en face ; devant l’inéluctable faisant pivoter syntaxique le rien cardinal, l’articulation de néant que la syntaxe envie (« n’envisage / rien / parce que rien / c’est nécessairement / ce qui va arriver ») ; de détachement lent vers à vers …

Lire la suite