Tagged 33-5

Paul Auster : Espaces blancs

  par Mathieu Nuss Espaces blancs. Texte écrit dans la nuit du nouvel an 1979. Détachements. Des « vides » parlent (nulle question « d’histoires plaisantes » ou de « récits d’aventure »), ces « vides » qui souvent préexistent dans le côte à côte des êtres, dans la simultanéité de deux événements. La parole de Paul Auster semble pleinement vouée à cela. …

Lire la suite

Jean-Pierre Gandebeuf : Le dernier oiseau du solstice

  par Michel Ménaché Funambule en équilibre précaire sur un fil tendu entre Groucho Marx et Cioran, Jean-Pierre Gandebeuf , bouffon tragique, cache ses émotions dans des fulgurances d’humour métaphysique, des aphorismes nonsensiques. Ses courts poèmes, dans leur dépouillement elliptique, énoncent des affirmations déroutantes, révèlent des vérités cachées, déroulent d’insolites pirouettes verbales pour le plaisir de …

Lire la suite

Jean-François Bory : Ressac & Ressorts

  par Gérard-Georges Lemaire Lecteur impénitent de Jean-François Bory, je découvre avec émerveillement ce nouvel ouvrage, qui tire la poésie vers les arts plastiques. Les planches qui y sont contenues sont une lointaine réminiscence des collages cubistes, dadaïstes ou futuristes. Mais ce que le poète a voulu faire, ce n’est pas retourner à ces sources : …

Lire la suite

Jean Daive : La Présentation de Toni Grand

  par Sébastien Hoët Nous avons affaire ici à une suite de sept poèmes entrelacée autour d’une intuition fascinante, laquelle pourrait être saisie fugacement dans les quatre derniers vers de ce recueil soudain : « Même dissimulée / la nature / théologiquement / gagne en dissolution ». Cette soudaineté gnomique, en somme, apte à saisir ce qui fuit mais demeure …

Lire la suite

Pierre Guyotat : Par la main dans les enfers / Humains par hasard

  par Mathilde Azzopardi Après Coma, Formation et Arrière-fond, triptyque autobiographique dicté en langue normative, Joyeux animaux de la misère, paru en 2014, renouait avec l’écriture « en langue aisée ». Par la main dans les enfers en constitue le tome II, reprenant le fil provisoirement interrompu d’une phrase déroulée sur plus de 800 pages au total, …

Lire la suite

Ovide : Les Métamorphoses

  par Jean Todrani Liber Novus  L’édifice mythologique ressemblerait à une polyphonie : il paraît tout prononcer mais c’est sous le masque. Pour l’interpréter, il faut en être par l’imaginaire ou la conviction d’écriture, faire résonner la partition au-delà de ses signes, tel l’art de la traduction, telle la démonstration opiniâtre qu’en fait Danièle Robert. Les …

Lire la suite