Archive

Pierre Alferi : Brefs

  par Hervé Laurent Brefs, sous-titré, discours, recueille, sur une période allant de 1991 à aujourd’hui, dans un ordre qui n’est pas vraiment chronologique, des textes pour la plupart destinés à être dits en public, d’où leur (relative) brièveté. Alferi, lecteur ou spectateur, réfléchit, à partir d’œuvres singulières, sur la littérature et la poésie, mais …

Lire la suite

Frank Smith : Fonctions Bartleby, bref traité d’investigations poétiques

  par Hervé Laurent Comme les autres titres de la collection « Les Feux Follets », le livre de Franck Smith répond à la question pourquoi je lis… en opérant, dès l’entame, la jonction entre fiction et fonctions (au pluriel). Lire la nouvelle de Melville ouvre donc un champ (chant ?) opératoire. Smith le déploie en 119 investigations …

Lire la suite

Éric Watier : Plus c’est facile, plus c’est beau : prolégomènes à la plus belle exposition du monde

  par Hervé Laurent Commencés avec Trébuchet de Marcel Duchamp et se terminant par l’évocation d’un bâton fautif d’André Cadere, ces prolégomènes nous offrent une réjouissante parade : actions élémentaires, statements, attitudes et formes radicalisées dont le trait commun est cette facilité de mise en œuvre qui énerve tant leurs détracteurs. On les entend d’ici : « Mon …

Lire la suite

Marcelline Delbecq : Camera / Silence trompeur

  par Hervé Laurent Les images n’auront pas le dernier mot Marcelline Delbecq est artiste plasticienne tout autant qu’elle est écrivain. Ses textes, souvent, participent à ses travaux qu’il s’agisse de dessin, de vidéo, d’installations sonores ou de diaporama. Camera, écrit pour le séminaire « Les contemporains, littérature, arts visuels, théorie »1, revient sur le rapport de …

Lire la suite

Éric Pessan : Parfois, je dessine dans mon carnet / La Hante

  par Hervé Laurent Un Pessan chasse l’autre Éric Pessan publie pas moins de trois livres cet automne1. Parfois, je dessine dans mon carnet, entièrement illustré, prend la forme d’un journal intempestif : la date du jour est invariablement remplacée par « Parfois », façon de montrer la circularité d’une temporalité quotidienne sujette à répétition. Sur le versant …

Lire la suite