Tagged Philippe Di Meo

Sarrazine

  par Philippe Di Meo Le titre l’annonce, une bonne part de cette livraison est consacrée à Java, après le décès de Jacques Sivan. Un long entretien de Pierre Drogi avec Vannina Maestri où cette dernière retrace avec précision les contours du projet mené à bien par la revue. La même évoque un moi « pluriel …

Lire la suite

Luis de Góngora : Fable de Polyphème et Galatée

  par Philippe Di Meo En bas de page, cette édition s’assortit d’une version en prose de chaque poème, « adaptée » de celle qu’en a donnée l’érudit et critique espagnol Dámaso Alonso. Elle-même précédée d’une présentation circonstanciée dans laquelle le traducteur distingue notamment « fidélité » lexicale et « fidélité » poétique. Autrement dit, toute la difficulté de la traduction …

Lire la suite

Cahier Cocteau

  par Philippe Di Meo De par ses talents polymorphes et sa longévité, Cocteau rend ardue toute reconnaissance critique nécessairement menacée par la lacune. Réalisant un bel équilibre entre les différentes facettes de l’homme d’écriture et de l’artiste, le coordinateur de cette ample livraison a tenu le pari. À ce point que dans l’espace imparti …

Lire la suite

Piero Calamandrei : Comment cette histoire a pris fin

  par Philippe Di Meo Antifasciste intransigeant, un des « pères de la patrie » renaissante au lendemain de la chute d’un régime désastreux, juriste éminent, homme politique cultivé, critique d’art, fondateur de la revue Il Ponte, toujours active, Piero Calamandrei (1889-1956) ébaucha en 1950 la fable proposée aujourd’hui par les Éditions de la revue Conférence. Deux …

Lire la suite

Guillaume Apollinaire : Un album de jeunesse

  par Philippe Di Meo Selon toute vraisemblance, ce carnet, première « œuvre » connue de l’auteur de Zone, remonterait aux années 1893-1895. Apollinaire fréquentait alors le collège Saint-Charles à Monaco. L’élève y croque au crayon des scènes historiques, telle la reddition de Vercingétorix à Jules César, ou des personnages historiques, tel Alexandre le Grand, Chamil, mais …

Lire la suite

Yves Bonnefoy : Les planches courbes / L’hésitation d’Hamlet et la décision de Shakespeare

  par Philippe Di Meo Traducteur du dramaturge anglais, Yves Bonnefoy a regroupé ses écrits sur Hamlet qu’il a fait suivre d’une Lettre à Shakespeare et de deux entretiens1, comme pour tenter de clore un cercle. Le poète distingue deux niveaux de réalité, celui des affects dans le monde immédiat et celui de l’action dévolue …

Lire la suite