Archive

François Vinsot : Dromadaire

  par Marie-Florence Ehret « Une pièce théâtrale en 1 acte et 16 tableaux adaptés par l’auteur de “Dromadaire”, conte poétique, burlesque et décalé. » Petits monologues – soliloques dit la quatrième de couverture – ponctués d’indications scéniques minimales : debout, fauteuil, noir, bureaux, lumière qui développent avec une logique imperturbable et bondissante la rencontre avec un dromadaire …

Lire la suite

Zéno Bianu : Infiniment proche et Le désespoir n’existe pas / Satori express / Je danse avec le big bang

  par Marie-Florence Ehret Très riche, le recueil de Gallimard offre un regard élargi sur le poète, avec une longue préface d’Alain Borer, une note biographique et bibliographique détaillée, et un grand nombre de séquences poétiques représentatives du poète. De La grammaire des étoiles, dans Infiniment proche, à La rose des vents, dans Le désespoir …

Lire la suite

Maria Polydouri / Kostas Karotakis : Telles des guitares désaccordées

  par Marie-Florence Ehret Ah tout devait arriver comme ça ! Voir les espoirs et les roses s’effeuiller, voir les barques des années s’échapper, s’échapper et s’éteindre. Michèle Justrabo a choisi, traduit et préfacé ces poèmes dont elle a fait un duo, un dialogue, une chanson presque, triste et belle. Duo d’amour et de peine a-t-elle …

Lire la suite

Françoise Armengaud : Ce froissement d’ailes entre le tout et le rien

  par Marie-Florence Ehret À qui parle le poète ? Au lecteur ? À elle-même ? À un peintre ? Goût des mots rares : musser, mémorante, élation... Un au-delà du monde ordinaire, ainsi doublement évoqué, un « sillage ascensionnel (…) au relief des tes œuvres d’artiste ...» La figure se précise, peintre sans doute qui « égrène(s) dans (t)ses mains l’or qui sert …

Lire la suite

Sophie G. Lucas : La Fille avec qui je volerais des chevaux

  par Marie-Florence Ehret Dix centimètres sur huit, c’est la taille de ce minuscule livret à la couverture vert gazon et papier chiffon gris. Imprimé en 110 exemplaires « dans l’encre caméra ». En petits caractères un peu pâteux, c’est un objet délicat et précieux que l’on tient entre ses doigts. Des quantités de prénoms féminins habitent …

Lire la suite