Archive

Geoffrey Squires : Poème en trois sections

  par Antoine Emaz Les éditions Unes poursuivent la publication de G. Squires1. Le présent recueil est d’une facture plus simple que Pierres noyées, qui alternait différents plans d’écriture marqués par la variation vers / prose / italiques. Ici, le singulier de « Poème » souligne l’unité d’ensemble ; le passage d’une « section » l’autre est simplement marqué par …

Lire la suite

Gérard Titus-Carmel : Au vif de la peinture, à l’ombre des mots

  par Antoine Emaz Superbe livre massif : une vie de peinture. Les textes, de longueur variable et de natures différentes (entretiens, notes, courts essais…) se succèdent chronologiquement de 1975 à 2015 : on est dans le temps long, ce qui permet de saisir à la fois la cohérence d’une démarche et les « brisures » qui la traversent. …

Lire la suite

François Boddaert : Bataille

  par Antoine Emaz Livre qui s’oppose d’entrée à une poésie contemporaine qui « semble un buisson d’épineux sec ». En un sens, Boddaert renoue avec la tradition de l’épopée guerrière, mais il ne l’attaque pas par le versant brillant, héroïque et exalté (Chanson de Roland, Iliade…) ; plutôt par le versant sombre, chaotique et absurde (Nibelungen, Pharsale…). …

Lire la suite

Régis Lefort : Des tulipes jaunes, je ne saurais jamais pourquoi

  par Antoine Emaz La mention « roman » en sous-titre empêche de lire ce livre comme une autobiographie alors que tout s’y prête, à commencer par la narration rétrospective et le rapport je / tu, narrateur / ami – amant, constamment présent. Mais ce serait une autobiographie particulière, éclatée en courtes proses discontinues qui renvoient à …

Lire la suite

François Bon : Fictions du corps

  par Antoine Emaz Le livre est constitué de « notes » proches du poème en prose, qui sont autant de fiches signalétiques des groupes composant la population d’une « ville » imaginaire où chacun n’est ni heureux ni malheureux, mais simplement à sa place, fonctionnel. On trouve ainsi des « hommes-pot », des « hommes sans pensée », des « hommes jetables », des …

Lire la suite