Archive

Ainsi parlait Novalis

  par Andrea Franzoni Recueil de fragments établi selon un choix de sensibilité graphique et de sémantique intuitive, ce livre puise sa signification (éditoriale, culturelle) dans l’idée de limite : « Nous sommes de toute façon si limités que nous ne pouvons jouir pleinement que de peu de choses. Et enfin, n’est-il pas meilleur de s’approprier complètement …

Lire la suite

Georges Didi-Huberman : Peuples en larmes, peuples en armes

  par Andrea Franzoni La page du peuple On réfléchit ici sur la relation entre être et représentation. Objet : le peuple. Peuple comme groupe d’individus appartenant à la même espèce et participant – par la dimension sociale – des mêmes histoires et des mêmes formes d’historicisation, d’expression et de figuration de soi. Un premier excursus …

Lire la suite

L’Ours blanc n°9

  par Andrea Franzoni Paroles ailées Je m’arrêtai et écoutai. Soudain, je fus envahi d’un indicible sentiment universel Walser, « La Forêt » D’une couleur orange vif comme le plumage de certains paradisiers de Papouasie, ce numéro 9 de l’Ours Blanc accueille le texte d’une conférence donnée par Fabienne Raphoz à l’occasion des rencontres d’Aubrac (2013), autour …

Lire la suite

Ivar Ch’vavar et Camarades : Cadavre grand m’a raconté

  par Andrea Franzoni ces grimaces, ces cris, ces spectres dont l’essaim tourbillonne, ameuté derrière son oreille Baudelaire, « Sur le Tasse en prison » S’inscrivant dans une tradition stylistique rabelaisienne – corporéité thématique prééminente et bravades en forme d’inventions phonématiques – l’auteur collectif de ce livre semble vouloir passer en revue les trente dernières années de …

Lire la suite