Archive

Louis Dubost : Fin de saison

  par Christophe Stolowicki À défaut d’apprivoiser hors allégorie, aux confins d’ « incertitude », ce qui ne peu[t] se regarder en face ; devant l’inéluctable faisant pivoter syntaxique le rien cardinal, l’articulation de néant que la syntaxe envie (« n’envisage / rien / parce que rien / c’est nécessairement / ce qui va arriver ») ; de détachement lent vers à vers …

Lire la suite

Alexander Dickow : Rhapsodie curieuse

  par Christophe Stolowicki Dans un entre-deux métaphysique de solécismes franco-américains détourée de Babel, tramée par Alexander Dickow une rhapsodie curieuse de kakis à déguster comme on ne connaît plus la pomme : sur le mode biblique où textuellement l’interdit, goûteusement l’intraduisible circulent, caracolent entre les langues. Démonstration magistrale en un idiome appris, traduction à larges …

Lire la suite

Jacques Allemand : Le tremble / au cœur / autour

  par Christophe Stolowicki En couverture, photographiée sur une route l’ombre de l’arbre se décompose surexposée. Méfiez-vous du tremble qui pense, penche mieux qu’un roseau dans son bruissement ajouré, dans son ombre labile. À mots couverts, à découvert, à mots de vécu plus vivants de ce tremblé autour, une commode en cœur de tremble a …

Lire la suite

Jean Azarel : Le ciel du dessous

  par Christophe Stolowicki Nadir du désir En leurs pénultièmes dessous trois ciels, trois âges d’un « extradé du septième » quand s’obstruent les menstrues. À l’enseigne de la Boucherie littéraire, transpirant dès les premières phrases plus de tendresse que de tendreté, cloquent les astres sur le billot. « Le couchant […] rouge d’un crime inédit » tiré à …

Lire la suite

Iris & Mêtis

  par Christophe Stolowicki « Espèce / de Frédérique Guétat-Liviani » est l’insulte insolite qu’affiche en couverture Iris & Mêtis / Messagères bleues des Muses, l’exempte de métissage « revue féministe, internationale / paritaire & multilingue de poésie » pour présenter son n°1 consacré exclusivement, photographies, dessins, poèmes, à cet auteur qui mérite mieux que l’éditorial ampoulé célébrant « l’écrit …

Lire la suite

Nouvelles revues

  par Christophe Stolowicki Bébé « C’est quoi Bébé ? » La lucidité à scrupules vrillée poème de Nadine Agostini, maître d’ouvrage. Une déferlante d’auteurs répondant à la question rituelle c’est quoi la poésie ? Devant l’impossibilité d’exfiltrer chacun en quintessence du flacon poreux en ce peu de lignes, je retiens : « mourir [Edith Azam] dans le regard de nos …

Lire la suite

Espedite : Les aliénés

  par Christophe Stolowicki Ou le régal, sous des auspices de belle ouvrage recuite dans un jus cynique, d’un « pégueux » polar-poème choyant d’une glu attentive ses métaphores concassées ; thriller plutôt que série noire au demeurant, ne se dispensant pas même de la course-poursuite du genre à l’approche des dernières images ; comprimé anti-drogue relatant un trafic …

Lire la suite

Martin Richet : De l’âme / Météorologiques : Climat de chasseur / Météorologiques : « À la dérive »

  par Christophe Stolowicki Langue à nu Sous couverture brute de coffrage de papier recyclé marqué au fer, glacé sur son envers, – imprimé en petits caractères sur de hautes pages (p)réservant d’estran du blanc, De l’âme, celle qui remplace avantageusement le psychisme. « Martin. Il fait noir le matin. / Je suis je parce que …

Lire la suite