Archive

Pierre Drogi : Fiction : la portée non mesurée de la parole

  par Christophe Stolowicki En sept essais d’explication de texte et de contexte, flèches de tout bois de cours magistral, accaparés le beurre et l’or du beurre, en prurit émulsif de sauvagine démonstratif appoint nommé ; en interpolations swinguées de guillemets, parenthèses, tirets, italiques, de séminaire en colloque de beat intempestif rajeuni l’enseignement supérieur ; en un …

Lire la suite

Frédéric Fiolof : La magie dans les villes

  par Christophe Stolowicki Assez étouff[é de] malédictions le long des rivières, « des enfants ont dans les yeux toute la vieillesse du monde », des poissons [in]solubles1 courent en couverture où un paravent déplie défroisse la magie dans les villes. De brèves anecdotes de métaphysique douce amère à déguster comme le petit-lait universel, d’aporétiques apologues à …

Lire la suite

Henri Abril : Byzance, le sexe de l’utopie

  par Christophe Stolowicki En poèmes dédiés à ses morts encore jeunes par leur traducteur connu, de ses pores d’attache un exilé filtre la vase aurifère. En rondeaux contemporains déliant leur boucle d’un coup de hache dans le dégel, en villanelles condensées d’agencement subtil, cadence flamberge en dedans, prouesses de bouts rimés épelant les voyelles …

Lire la suite

Jacquie Barral : Pointe du crayon – Punta del llapis

  par Christophe Stolowicki Jaillies d’un songe récurrent en crayonnages décidés d’un gris & blanc éclatant comme un magenta de Miro, un garance de malaise – biomorphes de goyesques figures gros textes et sérieuses, et sérielles, informes-nées d’esquilles, de tessons, de tronçons de coque, interrogent de page en page une « stridence de traits ou de …

Lire la suite

Henri Droguet : Palimpsestes & rigodons

  par Christophe Stolowicki Palimpsestes de dérision (« Je est un hôte », « Je dit l’autre boit-sans-soif »), non d’heureuse remontée d’oublies, rigodons levant haut la patte d’une danse provençale du dix-septième siècle, début vingtième sonnant balle au but au champ de tir, sortis d’usage s’éjouissant de gaudir, se rigaudir – de langue drue, gouaille rognonneuse dans un …

Lire la suite

Thierry Froger : Sauve qui peut (la révolution)

  par Christophe Stolowicki De travelling à plan rapproché articulés deux récits à deux siècles d’intervalle que ponctuent des pistes de scénario en fac-similé de frappe machine ; prise à bras l’accord la mémoire d’une ascendance qui excède les psychanalytiques trois ou quatre générations ; étale à crues brusques évidant le regard (« chaque pensée devrait ressembler au …

Lire la suite